Ponts en sons et images

2014

Le wapikoni mobile poursuit sa mission de combattre l'isolement en plus de valoriser et faire connaître la richesse de la culture autochtone.

Après plus de 10 ans à rouler, le Wapikoni mobile déploie ses ailes et lance le premier symposium Quand le cinéma crée des ponts, présenté lors du festival Présence autochtone de Montréal.

Du 30 juillet au 2 août, le symposium a proposé des projections de films, des rencontres avec des cinéastes ainsi que différents ateliers et conférences sur les thèmes de la production audiovisuelle et des enjeux liés au cinéma autochtone. Le Wapikoni mobile, studio nomade installé dans un large véhicule récréatif, arpente les routes du Québec pour aller à la rencontre des jeunes des Premières Nations. Il leur permet d’apprendre à réaliser des courts métrages et de la musique.

Il tient son nom de Wapikoni Awashish, une jeune Atikamekw qui a grandement inspiré la réalisatrice Manon Barbeau, instigatrice du programme. Depuis sa création, plus de  21 communautés de huit nations différentes ont fait la rencontre du Wapikoni mobile. L’organisme poursuit sa mission de combattre l’isolement en plus de valoriser et faire connaître la richesse de la culture autochtone.

Ce premier symposium a culminé avec la création du Réseau international de création audiovisuelle autochtone (RICAA), qui permettra des échanges entre les partenaires et une plus grande diffusion des oeuvres.

Catégorie