Mordecai Richler, l’enfant terrible du Mile End

2015

Né et grandi dans le Mile End, Mordecai Richler a fait de son quartier d’enfance le décor principal de ses livres. Disparu en 2001, il est considéré comme l’un des grands auteurs canadiens, ardent défenseur de l’identité montréalaise. Écrivain, romancier, essayiste et scénariste, il a écrit une dizaine de romans dont certains ont été adaptés au cinéma, comme Le Monde de Barney (1997). Connu pour sa plume incisive, volontiers provocateur, il a publié plusieurs essais controversés sur le Québec et le Canada.

En mars 2015, Mordecai Richler était nommé citoyen d’honneur à titre posthume de la Ville de Montréal. À cette occasion, il a été également annoncé que la bibliothèque du Mile End portera désormais son nom. Une belle reconnaissance pour un ambassadeur de l’identité montréalaise. Par ailleurs, grâce à un don de la succession de Mordecai Richler, l’université Concordia propose un programme de résidence d’écriture de trois ans, portant également le nom de l’homme de lettres. C’est l’auteure, actrice et dramaturge Ann-Marie MacDonald qui est la première à en bénéficier. Rappelons que la salle de lecture Mordecai Richler, dans la même université, a été inaugurée en 2013.

Enfin, Solomon Gursky Was Here, œuvre colossale de Richler ainsi que cinq de ses romans seront réédités par les Éditions du Boréal dans une nouvelle traduction de Lori Saint-Martin et Paul Gagné. Ainsi, la mémoire de Richler est honorée comme il se doit : en grand.

Catégorie
Mots-clés