Le « Goncourt du journalisme » : le Prix Albert Londres décerné à Montréal

2013

Pour la première fois, des journalistes montréalais se sont retrouvés dans la courte liste des finalistes.

Après Pékin, Moscou, Dakar, Marseille, Tunis, c’est à Montréal que l’association héritière du grand reporter a décidé de remettre ses prix 2013 pour célébrer le 80e anniversaire de la création du Prix Albert Londres. Le plus ancien prix de la presse francophone ne pouvait rêver plus bel écrin que la Grande Bibliothèque, bibliothèque francophone la plus fréquentée du monde.

Ce prix, créé en hommage au journaliste français et père du grand reportage moderne, récompense le meilleur reportage audiovisuel et de la presse écrite de l’année. Il souligne le travail des journalistes qui, à l’instar d’Albert Londres, dénoncent les injustices et informent le grand public, au risque de leur vie.

Le documentaire La nouvelle guerre d’Obama, réalisé par Marie-Ève Bédard et Sylvain Castonguay et diffusé à Radio-Canada, a été retenu par les 23 membres du jury présidé par Annick Cojean, grand reporter au quotidien Le Monde. C’est finalement Doan Bui (Prix de la presse écrite) pour Les fantômes du fleuve et Roméo Langlois (Prix audiovisuel) pour Colombie : À balles réelles qui ont remporté les grands honneurs. Leur présence à Montréal a su attirer l’attention des médias. Cet événement international a permis de rappeler l’importance du travail journalistique et celui de la liberté de presse. 

Tout un honneur !

Catégorie