L’art médecin

2015

Les hôpitaux ne sont pas réputés pour être des lieux agréables. Pourtant, certains d’entre eux comme le site Glen du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) ont choisi d’offrir un véritable circuit d’art sur leur site, afin d’imprégner l’endroit d’une humanité et d’une vitalité propices à la guérison. « L’art lave notre âme de la poussière du quotidien », disait Picasso, dont une linogravure est exposée au CUSM.

Choisies pour leur qualité artistique, les œuvres magnifient l’architecture du lieu et interpellent les visiteurs et les malades par leur caractère apaisant, tout en composant un véritable parcours d’art au sein de l’établissement hospitalier.

Le site Glen du CUSM propose un circuit mettant en valeur ses œuvres d’art public, réparties dans 11 espaces architecturaux. Aux sculptures et installations de Michel Goulet, Cooke-Sasseville, Denis Farley, Gilles Mihalcean, Michel Saulnier ou Martha Townsend s’ajoute une collection d’affiches, de dessins et d’acryliques de David Hockney, Henri Matisse ou encore Picasso. Des œuvres patrimoniales du 19e siècle sont également exposées, dont deux tableaux de Robert Harris et une sculpture en marbre de la Reine Victoria de la Comtesse Feodora Gleichen. Un parcours a été dessiné et documenté pour les visiteurs.

De son côté le CHUM a sélectionné dix projets d’œuvres d’art public qui seront installées d’ici 2016, auxquelles viendront s’ajouter trois autres créations en 2020. En verre, en métal ou en acier, elles misent toutes sur la lumière.

Des photographies sur verre trempé d’Henri Venne, une sculpture lumineuse et monumentale de Jean-Philippe Roy, une installation de Louise Viger évoquant les lucioles, une mosaïque de mots et de montagnes du collectif Doyon-Rivest, une œuvre suspendue de Karilee Fuglem s’inspirant du ciel de Montréal, un dispositif sonore résonnant dans l’historique clocher Saint-Sauveur, conçu par Catherine Béchard et Sabin Hudon, une sculpture monumentale de Klaus Scherübel, une œuvre de Yann Pocrau retraçant le processus du chantier, des bancs sculptés inspirés des meubles baroques signés Cynthia Dinan-Mitchell et Yannick Pouliot et une ligne de vie lumineuse, comme un trait d’union entre les différents espaces, imaginée par Nicolas Baier, artiste dont une sculpture est également exposée au CUSM.

Puisque l’art agit comme un baume sur le cœur, ces réalisations diverses viendront adoucir le séjour ou la visite à l’hôpital, tout en témoignant de l’inventivité des créateurs d’ici et d’ailleurs.

Catégorie