L'art de se faire du bien

2014

Dotée d’un coeur lumineux, un soleil d’or ou encore d’une molécule géante, la collection d’art public du nouveau Centre universitaire de santé McGill sera parmi les mieux garnies au Québec.

Onze oeuvres aux designs des plus variés et pour la plupart de grande envergure viendront égayer le quotidien des employés et futurs patients du CUSM. La riche collection d’art public du site Glen a été pensée spécialement pour redonner optimisme et espoir. Cette idée s’est fort bien traduite dans l’originalité des concepts retenus.

Avec leur stéthoscope géant extérieur, le duo Cooke-Sasseville présente Prendre le pouls. Denis Farley laisse l’observateur la tête dans les nuages avec les photos de Blanc de plomb et bleu de Prusse, études sur les nuages. La sculpture verte Printemps de Gilles Mihalcean évoque la forêt et un cours d’eau. Prisme, de Jean-Sébastien Denis, s’élève quant à elle dans les hauteurs du bâtiment. On retrouve dans l’Annedda, de Josée Pedneault, l’âme des plantes boréales. Havre, de Linda Covit,  une forme courbe monumentale, offre aussi une expérience intime, invitant à y entrer et à en faire une découverte personnelle.

Sur deux étages, Lux Domum de Martha Townsend rayonne et rassure. Sur la façade extérieure, l’immense Coeur à tout de Michel Goulet symbolise à la fois l’harmonie et le rythme de la vie. Je suis là !, l’ours géant en équilibre sur son ballon sorti de l’imaginaire de Michel Saulnier, deviendra fort probablement un incontournable chez les petits patients. Le Lustre gigantesque de Nicolas Baier, évoquant une molécule d’hémoglobine, s’intègre parfaitement au centre de recherche. Finalement, la mosaïque Structura habitata de Shelley Miller propose des alvéoles aux couleurs et illustrations pimpantes et rafraîchissantes.

 

Catégorie
Mots-clés